L'usine de Kervellerin intervient dans les domaine suivant : cosmétologie, para-pharmacie, traitement de l'eau, fertilisant, amendements, compléments alimentaires, industrie, poudre de coquille d'huitre, Ostrécal, Ostrécal®, Clean'O,galet effervescent
Contact

Industrie

Le développement durable est au cœur des préoccupations de la société Usine de Kervellerin, notamment dans le cadre des éco-matériaux. Depuis les années soixante, elle élabore ses produits en limitant le recours aux composants chimiques, en engageant une démarche d’éco-conception et en réduisant les dépenses énergétiques pour lutter contre l’effet de serre.
Parmi ses activités d’éco-conception, citons ces exemples concrets :
Des coquilles d’huîtres pour la peinture et l’impression 3D.

 

L’ingrédient naturel Ostrécal®, concentré de coquilles d’huîtres, développé par l’Usine de Kervellerin permet de réduire l’utilisation de composants issus du pétrole ou de l’exploitation de carrières (ressources épuisables), tout en créant un débouché pour les résidus de l’activité conchylicole.

De la mer vers la terre en passant par une touche d’économie solidaire, c’est la formule cradle to cradle mise au point par l’Usine de Kervellerin, société familiale bretonne. Dès 1997, la Docteur en Pharmacie observe qu’une ressource locale et renouvelable est inexploitée : les restes de l’activité conchylicole, notamment les coquilles d’huîtres traitées comme des déchets invendables.

Martine Le Lu explore des pistes pour « tirer vers le haut » ce résidu. Après trois années de recherche et de développement, elle met au point un processus industriel aboutissant à la création d’un ingrédient naturel dénommé Ostrécal®, auquel elle trouve plusieurs marchés.
Il est vendu aux fabricants de peinture leur permettant de réduire l’utilisation de composés issus du pétrole tout en conservant le même niveau de qualité.
Ostrécal trouve aussi preneur sur le marché des matières plastiques ; en particulier, il entre désormais dans la composition d’un filament biodégradable pour impression 3D. Ce filament Istroflex® distribué par la société Nanovia, est issu d’un travail collectif avec le plateau technique Compositic (université UBS- Lorient), et entend se faire une place sur un marché ou le « made in China » règne en maître.

Tout récemment, une autre dimension de valorisation de la ressource locale s’est ajoutée au projet. L’entreprise a confié la collecte d’une partie des déchets coquilliers à l’association Perlucine qui sera aussi autorisée à commercialiser Ostrécal® sur son secteur. Perlucine a pour objectif la réinsertion de personnes en difficulté sur le marché de l’emploi.
C’est une autre voie pour faciliter l’intégration au projet de tous les acteurs locaux du territoire.

Retrouvez Ostrécal® sur materiO'